L'association du moment

 

Mahouts Elephant Foundation

La mission de volontariat auprès des éléphants d’Asie issus de l’industrie du tourisme en Thaïlande en 2008 a définitivement changé la vie de la famille Blaine – Sarah, Felix, Joe, Natacha. Durant ce voyage, ils apprennent énormément et découvrent rapidement que cette industrie entraine inconsciemment les mahouts ou cornacs – les guides et soigneurs des éléphants – et leurs familles dans le cercle vicieux de la pauvreté duquel peu échappent. Les familles sont appauvries et le bien-être à la fois des mahouts et des éléphants est ainsi compromis. En 2013, Sarah et Felix Blaine créent l’ONG Mahouts Elephant Foundation, bien décidés à aider les mahouts à sortir leurs éléphants captifs de l’industrie du tourisme où ils travaillent dans des « conditions sévèrement inadaptées », pour 77% d’entre eux (1).

De gauche à droite : Joe, Felix, Natacha et Sarah Blaine

Source : www.mahouts.co.uk

Après près de 10 ans à apprendre toutes les facettes de ce problème complexe, la famille Blaine décident de faire équipe avec les mahouts du peuple Karen. Ces derniers connaissent et vivent intimement les problèmes causés par l’industrie du tourisme mais sont souvent exclus de toutes négociations. En effet, ils vivent pour la plupart dans des petits villages reculés dans les montagnes sans beaucoup de revenus. Depuis l’interdiction de l’exploitation de la forêt en 1989, ils n’ont souvent pas d’autres choix pour assurer leur survie que de louer ou vendre leurs éléphants aux grosses compagnies touristiques. Ces villages se dépeuplent, les jeunes partant en ville pour trouver du travail, le peuple Karen perd petit à petit son indépendance économique et son identité culturelle. Le but de l’ONG Mahouts Elephant Foundation est de monter des projets appuyés à ces villageois leur permettant de conserver leurs éléphants dans les forêts communautaires de leur village en leur procurant un revenu et en développant avec eux un tourisme respectueux des éléphants. L’objectif est notamment de fournir un travail pérenne à tout le village grâce à l’écotourisme.

© Elodie Massiot

© Peter Yuen Photography

En 2015, L’ONG a ainsi pu soutenir le maintien de trois éléphants – Thong Kam, Bai Fern et Mario – dans une forêt de 32km² au cœur des montagnes de la province de Chiang Mai. La matriarche Thong Kam travaillait auparavant dans un camp au sud de Chiang Mai avec sa fille Bai Fern. Quelques mois après leur réhabilitation, Sunti, le fils de Thong Kam, est né dans la forêt et constitue la première génération assurée de ne pas connaître le travail et la vie en camps. La Mahouts Elephant Foundation a mis en place dans le village le programme « Walking with Elephants » (Marcher avec les éléphants) qui permet aux visiteurs de vivre l’expérience magique de suivre les éléphants dans la forêt. Ils viennent y camper et voient ainsi évoluer sereinement Thong Kam, Bai Fern, Sunti et Mario dans leur environnement naturel sans nourrissage, bain ou contact avec les visiteurs, dans le respect de leurs besoins essentiels et de leur liberté.

© Rebecca Winkler

© Peter Yuen Photography

Deux ans après la mise en place de ce premier programme, la famille Blaine a reçu un mail un peu plus particulier que les autres. Un jeune homme voulait à tout prix aider son village et leurs éléphants à ne pas céder à l’attractivité de l’industrie du tourisme. Pour cela, il fit appel à la Mahouts Elephant Foundation, sachant que l’ONG avait les compétences pour travailler avec cette timide communauté de Karen et pour les aider à conserver leurs éléphants dans la forêt.

Le cadre y est simplement paradisiaque : plus de 370km² de forêt dont presque 90% de forêt primaire parfaitement intacte et riche en biodiversité végétale et animale dans laquelle dix éléphants évoluent librement, recevant même parfois la visite d’éléphants mâles sauvages. Leurs mahouts ne viennent parfois qu’une fois par semaine les voir. Cette liberté a permis à l’une des éléphantes, Mokijue, de se reproduire avec un mâle sauvage donnant ainsi naissance à Mokimae. Trois éléphantes sont pour l’instant inclues dans ce tout nouveau partenariat avec l’ONG, Mokijue, Mokimae et Mobuba, la nièce de Mokijue. La Mahouts Elephant Foundation va très bientôt pouvoir commencer à inviter des touristes à venir participer au programme LIFE (Living In the Forest with Elephants – Vivre dans la forêt avec des éléphants). Dès que le projet sera bien implanté, la confiance des mahouts et des propriétaires des éléphants en l’ONG devrait se renforcer et permettre, on l’espère, de faire revenir le plus d’éléphants possibles dans la forêt. On estime qu’environ une vingtaine sont loués à des camps pour tourisme en ville.

© Rebecca Winkler

© Sarah Blaine

La Mahouts Elephant Foundation espère ainsi une modification profonde de l’industrie du tourisme : « Il ne devrait pas être aussi simple de voir des éléphants d’Asie, on devrait avoir à marcher pour le mériter. Pour endiguer leur exploitation, il est essentiel de briser cette idée et de faire en sorte que voir des éléphants en Asie du Sud-Est devienne un privilège rare. » Sarah Blaine.

 

Pour appuyer scientifiquement ses actions, la Mahouts Elephant Foundation s’est associée avec la chercheuse Dr. Liv Baker et le Center for Compassionate Conservation de Sydney. Les premiers résultats des recherches préliminaires débutées en 2017 ont ainsi permis de montrer que les éléphants se réadaptaient parfaitement à leur milieu naturel. « L’industrie du tourisme se cache derrière l’idée totalement erronée que ces éléphants captifs sont incapables de vivre en forêt, qu’ils ont besoin de l’Homme pour survivre. Les recherches effectuées par Dr Baker et ses étudiants ici sont essentielles. Elles permettent de montrer que réhabiliter des éléphants d’Asie dans leur milieu naturel est à la fois réalisable et éthiquement indispensable. » Sarah Blaine.

Finalement, l’ONG Mahouts Elephant Foundation permet d’améliorer drastiquement le bien-être à la fois du peuple Karen et des éléphants mais également de donner une valeur économique aux forêts, les préservant ainsi de la déforestation.

 

Pour un tourisme éthique de l’éléphants d’Asie en Thaïlande, pensez au programme de la Mahouts Elephant Foundation : Walking with Elephants. Le nouveau programme, LIFE, a grand besoin de vous pour s’implanter et se développer, une campagne de don a été lancé sur justgiving.com, chaque participation compte pour les aider à protéger ces trois magnifiques éléphants, les 370km² de forêt et offrir un revenu durable à toute la communauté.

L’ONG a également besoin de vous pour endiguer les problèmes éthiques que représentent l’industrie du tourisme en Asie du Sud-Est, consulter l’article dédié à l’éléphant d’Asie dans la rubrique l’animal du moment et parlez-en autour de vous pour que tous deviennent des touristes conscients et vigilants.

 

Elodie Massiot – Assistante de recherche
Institute for Compassionate Conservation

 

Sources :

Mahouts Elephant Foundation: www.mahouts.co.uk/

(1) Taken for a ride – The conditions for elephants used in tourism in Asia. World Animal Protection 2017: www.worldanimalprotection.org.au/sites/default/files/au_files/taken_for_a_ride_report.pdf