Beau temps pour les dauphins d’eau douce du Mékong

© WWF France

Espèce plutôt rare, l’« Orcaella brevirostris » ou encore dauphin d’Irrawaddy avait quasiment disparu des eaux douces du Mékong. Reconnaissable par sa tête arrondie et sa nageoire dorsale courte et triangulaire, il peut atteindre 2,5 mètres de long et vivre une trentaine d’années, s’épanouissant dans les eaux des estuaires et des embouchures des rivières asiatiques.

Découvert tardivement – en 1866 – il a été la proie, durant des décennies, de chasseurs et pêcheurs au filet et s’est progressivement rapproché de l’extinction. Au début des années 2000, il restait moins d’une centaine d’individus.

C’est peu après que diverses mesures de conservation ont été mises en place  et que, à l’initiative du gouvernement cambodgien, le dauphin du Mékong a été promu « attraction touristique »  – une autre façon de limiter sa disparition.

Est-ce le résultat de cette politique de long terme ? Quoi qu’il en soit, 92 dauphins adultes et 12 bébés ont été récemment recensés dans les eaux douces du Mékong.

Même si ces nouvelles sont plutôt satisfaisantes, les efforts pour protéger les cétacés doivent se poursuivre, notamment en associant et en impliquant les populations locales à la conservation de l’espèce.

 

Le 15 avril 2019