« Chantecler », d’Edmond Rostand

« Chantecler » est une pièce de théâtre en quatre actes écrite par Edmond Rostand et présentée pour la première fois au théâtre de la Porte-Saint-Martin le 7 février 1810. Né le 1er avril 1868 à Marseille, Edmond Rostand, écrivain, poète et dramaturge, est surtout célèbre pour avoir écrit « Cyrano de Bergerac » et « L’Aiglon ».

 

Des animaux bavardent

Pas moins d’une trentaine d’animaux de la basse-cour et autres oiseaux accompagnent le coq « Chantecler » dans cette pièce tout en alexandrins. Fable poétique et dramatique – certains la voient davantage comme un poème dialogué que comme une pièce de théâtre – la parole est donnée aux animaux qui, de façon allégorique, endosseront tous les défauts caractérisant les humains : jalousie, ambition, vanité, prétention…
Mais la première de la pièce laissera le public mondain et les critiques parisiens quelque peu perplexes, alors que le succès populaire sera au rendez-vous, en France et à l’étranger. Car la forme déconcerte, les animaux, inattendus, surprennent. Tous attendaient, après « Cyrano de Bergerac » notamment, une nouvelle création tonitruante.  
Pourtant, même s’il n’y paraît pas, « Chantecler » surpasse les autres pièces d’Edmond Rostand dans la mise en scène qui est audacieuse, captivante et qui fait preuve d’une grande modernité. Car des animaux qui prennent la parole au théâtre sont encore chose assez rare.

 

L’histoire

L’histoire, mettant en scène les vanités des hommes, porte à réflexion.
« Chantecler » règne sur une basse-cour et, tout vaniteux qu’il est, se définissant lui-même comme un « prêtre du soleil », se targue de faire se lever l’astre tous les matins. Une poule-faisane survient, lui révélant l’amour, ce qui fait qu’il ne chante plus. « Chantecler » devient alors la risée de tous les autres animaux puisque le soleil, sans son chant, est apparu. Obligé d’accepter un combat contre un autre coq, « Chantecler » frôle la mort mais il retrouve néanmoins un peu de son aura lorsqu’il défend la basse-cour des attaques d’un rapace. La faisane, abandonnée, se sacrifie malgré tout pour le coq et se porte à sa place au-devant d’un chasseur. Elle sera sauve mais le rossignol à la voix d’or sera tué, lui qui chantait si bien…

 

Une œuvre longuement préparée

Pour écrire « Chantecler », Edmond Rostand a rassemblé une importante documentation, regroupant de nombreux ouvrages scientifiques. Dans sa bibliothèque se côtoient par exemple : « Le monde des oiseaux » d’Alphonse Toussenel, « L’origine des espèces » de Charles Darwin, « L’atlas des oiseaux » de Louis Tardif d’Hamonville.

A Arnaga, sa maison implantée à Cambo-les-bains dans le Sud-ouest de la France, il installe un poulailler, y accueille poules, pintades paons et différentes espèces de coq afin de pouvoir observer leurs comportements et créer, ultérieurement, les costumes des acteurs.

La race de poule « Chantecler » porte ce nom grâce au succès de la pièce.

 

 

Valérie Besio, le 20 septembre 2019

 

Source :

www.edmond-rostand.com
https://libretheatre.fr/chantecler-dedmond-rostand/
https://www.larousse.fr/encyclopedie/oeuvre/Chantecler/180808