Chine : le festival de l’horreur continue

©Reuteurs

Ensemble pour les animaux avait déjà dénoncé cet évènement en 2018 et, avec de nombreuses associations de protection animale, s’était élevé contre cette barbarie extrême : chaque année, au mois de juin, se déroule le festival de Yulin en Chine au cours duquel des milliers de chiens et de chats sont tués puis mangés.

Selon une coutume chinoise, manger du chien tué au moment du solstice d’été apporterait chance et bonheur.
Chiens errants, chiens volés, chiens abandonnés, ils sont ainsi plus de 10 000 – sans compter les  4 000 chats – à être transportés dans des conditions effroyables, entassées les uns sur les autres, et exposés à la vue avant d’être tués et ébouillantés.

Mais la réalité est encore plus saisissante : le nombre d’animaux abattus serait multiplié par 4 et les tueries se feraient de manière des plus cruelles (mort lente pour que la viande soit plus tendre…).

Créé en 1990 par des commerçants de viande canine, ce festival est une véritable boucherie à ciel ouvert que dénoncent les associations chinoises et internationales de protection animale. De plus en plus de militants chinois se mobilisent pour sauver les chiens et de nombreux députés ont interpellé le gouvernement pour mettre un terme définitif à la consommation de viande de chiens et de chats.
La route sera longue avant son abolition totale car, bien que cela ne concerne pas toute la Chine et tous les pays asiatiques, ce genre de pratiques perdure dans certaines localités.

Signez la pétition contre le festival de Yulin via la Fondation Brigitte Bardot en cliquant ici.

 

Le 5 juin 2019