Création d’un projet de loi au Royaume-Uni pour durcir l’interdiction du commerce de l’ivoire

Le gouvernement britannique a récemment annoncé que le Royaume-Uni allait durcir l’interdiction sur le commerce de l’ivoire via la mise en place de réglementations qui seront les plus strictes au monde. Cette loi ne permettra que de rares exceptions et des peines de prison allant jusqu’à cinq d’emprisonnement et des amendes non-plafonnées.

Bien que la demande en ivoire provienne principalement d’Asie, l’Europe est aussi impliquée dans un important marché autour de cette denrée. Une interdiction du commerce international d’ivoire est cependant en place depuis 1990 mais de nombreux pays poursuivent la vente et l’achat d’objets en ivoire au sein de leurs territoires. 7.6 tonnes d’ivoire légal auraient été exportées de l’Union Européenne depuis 2003 selon l’Environmental Investigation Agency (EIA).

La vente d’objets en ivoire fabriqués avant 1947 est actuellement autorisée au Royaume-Uni. Celui-ci serait d’ailleurs le premier exportateur mondial de sculptures en ivoire avec 370% d’objets exportés de plus que les États-Unis entre 2010 et 2015 selon l’EIA.

Mary Rice, directrice exécutive de l’EIA a notamment publié une analyse datant d’août 2017 et stipulant que « Les exportations d’ivoire depuis le Royaume-Uni stimulent la demande des consommateurs dans le monde entier, en particulier à Hong Kong et en Chine, deux des plus grands marchés légal et illégal d’ivoire au monde. Et en plus de stimuler la demande, le commerce légal au Royaume-Uni offre des opportunités pour le blanchiment du commerce d’ivoire illégal, à la fois dans le pays et à l’étranger ».

Ce projet de loi vise ainsi à interdire complètement le commerce des objets contenant de l’ivoire, quelles que soient leurs dates de fabrication. Cette décision a été approuvée par 88% des 70 000 participants à la consultation publique sur le sujet et doit être validée par le Parlement. Quelques exceptions seront tout de même inscrits dans cette loi comme les objets fabriqués avant 1947 contenant moins de 10% d’ivoire, les instruments de musique conçus avant 1975 contenant moins de 20% d’ivoire et des articles rares et importants vieux d’au moins 100 ans. Les musées seront notamment épargnés de ces restrictions.

« L’ivoire ne devrait jamais être considéré comme une marchandise pouvant rapporter de l’argent ou comme un symbole de statut social, nous allons donc introduire l’une des interdictions de vente d’ivoire les plus strictes au monde afin de protéger les éléphants pour les générations futures. Cette interdiction réaffirmera le rôle mondial de premier plan du Royaume-Uni sur cette question cruciale, démontrant ainsi notre conviction que l’odieux commerce de l’ivoire devrait appartenir au passé » a déclaré Michael Gove, ministre britannique de l’Environnement.

Selon les ONG de défense des animaux, le braconnage a atteint un seuil critique, alimenté par le commerce d’ivoire, avec 20 000 à 30 000 éléphants tués chaque année, soit environ 68 par jour. Le nombre d’éléphants africains à diminué de 30% entre 2007 et 2014 !

Tanya Steel, directrice de WWF, a ainsi salué cette décision du gouvernement britannique mais a précisé que « si nous voulons arrêter le braconnage de cet animal majestueux, nous avons besoin d’une action mondialeNous espérons que le Royaume-Uni continuera à faire pression sur les pays où se trouvent les plus grands marchés de l’ivoire, pour la plupart en Asie, afin qu’ils mettent fin à leur commerce ».

Les défenseurs de l’environnement félicitent ce projet de loi mais incitent également l’Union Européenne dans son ensemble à suivre l’exemple.

 

Gabrielle Montier, le 5 avril 2018

 

Sources :

sciencesetavenir.fr

nationalgeographic.fr