De jeunes veaux arrachés à leur mère et isolés dans des cages

©PETA France

CIWF France vient de dénoncer une exception réglementaire européenne qui permet de garder et d’élever de jeunes veaux enfermés dans des cages individuelles.

Chaque cage – mini box aligné à côté d’un autre box – contient un petit veau tout juste âgé de quelques semaines. Il sera ainsi élevé jusqu’à l’âge de 2 mois, parfois sur un caillebotis ou sur une litière, parfois dans la neige. Le jeune bovin, arraché à sa mère au bout de 24h – alors qu’il a besoin de contacts avec celle-ci – ne peut pas non plus interagir avec d’autres veaux.

C’est la directive européenne 2008/119, établissant les normes minimales relatives à la protection des veaux, qui autorise les cages pour les jeunes veaux.
Pourtant la même directive considère qu’ « il est scientifiquement admis que les veaux devraient bénéficier d’un environnement répondant aux besoins de l’espèce, celle-ci vivant en troupeau. Pour cette raison, les veaux devraient être élevés en groupe. Les veaux logés en groupe ou en case individuelle devraient disposer d’un espace suffisant pour prendre de l’exercice, avoir des contacts avec d’autres bovins et effectuer des mouvements normaux en position debout ou couchée ».

Ce sont ainsi 12 millions de jeunes bovins qui grandissent tous les ans dans ces conditions soit 60% des veaux laitiers européens et, a priori, 85% des veaux élevés en France.

L’enfermement des jeunes bovins est justifié par les difficultés des éleveurs à limiter la propagation des maladies et pour faciliter les traitements individuels. On sait toutefois que les pathologies peuvent être éradiquées ou contenues dès lors que les litières sont bien ventilées et que les déjections sont correctement évacuées ; il s’agit donc de mesures d’hygiène à appliquer.

De plus, pour engraisser les veaux plus rapidement, ils sont maintenus en alimentation lactée jusqu’à l’âge de 6 mois alors que les veaux, à l’état naturel, broutent de l’herbe ou du foin 2 semaines après leur naissance. Ce mode d’alimentation anémie les veaux et rend leur chaire plus claire, répondant soit disant aux préférences des consommateurs.

En attendant, des poids lourds de l’agroalimentaire investissent dans une nouvelle technologie : la viande cellulaire, élaborée « hors animal », à partir de cellules souches. Cette viande pourrait être commercialisée d’ici quelques années.
L’espoir de voir disparaître totalement les abattoirs de notre horizon planétaire…

Signez la pétition contre l’élevage en cage en cliquant ici.

Visionnez la vidéo de PETA France ci-dessous.

Des veaux vulnérables sont mis en cage et isolés dans les élevages de l'Union européenne

Retirer des bébés à leurs mères peu après la naissance, les enfermer seuls dans des cages, sans possibilité de jeu, d'exercice ou de contact.Voici le visage caché de l'industrie laitière. 💔Stop à cette cruauté, signez maintenant l'Initiative citoyenne européenne ! 👉 http://petafr.vg/ds

Publiée par PETA France sur Mercredi 24 juillet 2019

 

Le 26 juillet 2019