Estocade finale pour le festival “El Toro de la Vega”

©Pacma

C’est dans la petite ville espagnole de Tordesillas en Castille-et-Léon que, depuis 1534, règne un festival des plus barbares et d’une cruauté inouïe : lâcher un taureau dans les rues de la ville, l’épuise, le harceler puis le massacrer collectivement à l’arme blanche.

 

Devant l’indignation de toute l’Espagne et sous la pression de nombreuses associations dont PACMA (Parti Animaliste Contre la Maltraitance Animale) et PETA (Pour une Ethique dans le Traitement des Animaux), la Cour Suprême a rejeté l’appel du Conseil municipal de Tordesillas et a interdit définitivement la torture des taureaux durant le festival « El Toro de la Vega », mettant ainsi un point final à cette abjecte et morbide tradition.

 

Cette décision est une belle victoire pour les défenseurs de la cause animale même si près de 400 corridas ont encore lieu tous les ans dans la péninsule ibérique. Spectacles anachroniques, d’un autre monde, dans lesquels de plus en plus d’Espagnols ne se reconnaissent plus.

 

 

Le 26 mars 2019