La biodiversité à protéger

En cette journée internationale de la biodiversité, voici quelques exemples de prouesses technologiques imaginées par l’homme et qui devraient participer à la sauvegarde de la faune sauvage.

En Chine, une application de reconnaissance faciale vient d’être mise au point pour l’observation des quelques 2 000 pandas géants vivant à l’état sauvage. Elle permettrait aux scientifiques et éthologues de les identifier individuellement.

Cette application, croisée avec une base de données de plus de 120 000 photos et 10 000 vidéos de pandas, faciliterait la collecte d’informations très précises telles que leur répartition géographique et sexuelle, l’âge ou encore le nombre de naissances et de décès.

Autre outil précieux pour les scientifiques : les drones.
En effet, les virus et bactéries contenus dans les geysers d’eau qu’expulsent les baleines peuvent désormais être prélevés à l’aide d’un drone. Cette méthode est peu intrusive pour les cétacés et particulièrement efficace.

Dans le même ordre d’idée, sauver les faons d’un danger tel que des moissonneuses-batteuses devient presque un jeu d’enfant : le drone, équipé d’une caméra thermique, survole les parcelles et repère le jeune cervidé lové dans les herbes hautes. Il est ensuite possible de le déplacer, en évitant bien entendu de le toucher pour que leur mère le retrouve.

Gageons que nos avances technologiques soient toujours utilisées dans le but de préserver la faune sauvage.

 

Le 22 mai 2019