L'animal du mois

La tortue luth

La tortue luth… une tortue marine musicienne ?

Les tortues ont une origine très ancienne : elles coexistaient avec les dinosaures, il y a plus de 200 millions d’années! La tortue luth est la seule représente de la famille des Dermochelidés, une lignée qui s’est différenciée il y a 100 à 150 millions d’années. Elle possède donc des caractéristiques originales qui la différencient des 6 autres espèces de tortues marines.

La tortue luth est à ce jour le reptile possédant la plus vaste répartition planétaire, signe d’une exceptionnelle capacité à parcourir de grandes distances et à s’adapter à des conditions environnementales variées.Elle vit  donc dans l’ensemble des océans du globe.

Les tortues en général, et la tortue luth notamment, sont très ancrées dans les différentes cultures : occidentales, amérindiennes, bushinenguées, créoles. Le lien tissé entre l’homme et la tortue est très fort. Symboles de longévité, de sagesse,… on les retrouve dans plusieurs créations artistiques humaines d’hier et d’aujourd’hui.Dans des Contes, et légendes orales,des  tissages,des peintures,des sculptures

Elle a fait l’objet d’exploitations diverses, elle était notamment  chasser pour l’exploitation traditionnelle avant d’être protégée depuis les années 70.

Ses spécificités :

Cette tortue marine est une géante des mers, c’est la plus grosse tortue du monde : elle pèse en moyenne 400 kg pour une longueur moyenne de 1m 65.

C’est une tortue…sans carapace ! Contrairement aux autres tortues à écailles, elle possède une dossière souple recouverte de fine peau ayant l’aspect de cuir, ce qui lui a valu son nom anglais de « leatherback » (dos de cuir). Cette souplesse permet à la tortue des plongées pouvant atteindre les 1000 m!Cette particularité lui permet de réduire ou d’augmenter son volume en fonction de la pression des  plongées alors qu’une carapace à écailles exploserait.

D’où lui vient son qualificatif musical français ? Il fait référence à l’instrument de musique à corde : le luth. La dossière de la tortue, avec ses 5 crêtes longitudinales qui forment des carènes, rappelle la caisse de résonance de l’instrument. L’hydrodynamisme de ces carènes est particulièrement bien adapté à la nage rapide…

Cycle de vie et reproduction :

Entre 2 saisons de ponte, la tortue luth part en migration loin des côtes pour 2 ou 3 ans vers des zones d’alimentation où elle recherche des méduses dont elle se nourrit jusqu’à la prochaine saison de reproduction. Les derniers suivis scientifiques ont montré que la tortue peut parcourir jusqu’à 10 000 km pour atteindre sa zone de nourrissage et ce en 80 jours en moyenne ! Qui a dit qu’une tortue se déplaçait lentement ?

Cette tortue possède également des caractéristiques biologiques très particulières. A la différence des autres reptiles dont la température corporelle est dépendante de l’environnement, la tortue luth, de part sa grande taille, sa forme arrondie et sa capacité à réguler son flux sanguin, évite la chute de sa température corporelle lors de ses déplacements en zone très froide (par exemple, les tortues luth qui viennent pondre en Guyane Française effectuent des trajets migratoires dans tout l’océan Atlantique nord).

Crédit : Rachel Berzins


Les tortues luths passent plus de 99% de leur vie en mer. Elles se rapprochent des côtes et viennent sur les plages uniquement pour la ponte. S’il est connu qu’elles reviennent sur leur plage de naissance, il l’est moins qu’elles pondent plusieurs fois au cours d’une même saison ! (de 3 et 5 fois, avec un intervalle d’une dizaine de jours entre les pontes). Elles déposent dans un nid creusé environ 80 œufs qui incuberont 60 jours environ.

les tortues marines passent par différents stades au cours de leurs cycles de vie, d’importantes zones d’ombre subsistent (illustrées par des points d’interrogations dans le schéma ci-dessous), cycle de vie des tortues marines, d’après Lanyon et al, 1989.

 

Mâles ou femelles ? C’est la température qui définit le sexe du nouveau-né. La température pivot est 29° : en-dessous, ce seront des mâles, au-dessus, ce seront des femelles ! On voit déjà là, les conséquences qu’une modification de notre climat et des températures pourraient engendrer

La tortue luth, une espèce menacée ?

Les tortues luths ont traversé des millénaires en faisant face à de nombreux dangers naturels. Lorsqu’elles sont encore petites et à terre, leurs prédateurs sont les oiseaux, les crabes, les reptiles, et les amphibiensLes émergences doivent aussi faire face aux pièges naturels comme la destruction des nids par l’érosion ou par des inondations.

Une fois adultes et en mer donc, leurs prédateurs sont les requins et les orquesAujourd’hui’ hui de nombreuses menaces pèsent sur ces nobles créatures la plupart sont liées à l’homme :

        – De trop nombreuses interactions avec les pêcheries. Les tortues sont alors prises dans des filets ou par des hameçons voir ont des collisions avec des bateaux.

        – La pollution et les déchets en plastiques notamment sont également un réel problème car les tortues avalent des plastiques qu’elles prennent pour des méduses, puis font des occlusions intestinales et en meurt.

        – L’urbanisation du littoral, elles ont de ce fait moins d’endroit pour pondre.

        – La surexploitation des ressources marines qui a  comme répercussion un moins grand nombre de  nourriture pour les tortues.

        – Le braconnage pour les œufs,  la chaire et les produits commerciaux.

De nombreux efforts sont menés dans beaucoup de régions pour la protéger. Elle a malheureusement fait l’objet d’exploitation diverses, chasse : exploitation traditionnelle avant d’être protégée depuis les années 70

L’espèce est déclarée comme menacée par l’Union Internationale de Conservation de la Nature (UICN*) qui dresse la liste rouge mondiale des espèces menacées. En France, la tortue luth est une espèce intégralement protégée. En Guyane, site de ponte international de part son ampleur, l’Etat et de nombreux partenaires (associatifs, collectivité, professionnels,…) ont mis en place un « Plan National d’Actions » afin de mettre en place des mesures pour la protéger.

*http://uicn.fr/liste-rouge-mondiale/

Lectures :
La tortue luth. WWF. Collection nature Guyanaise (2012)
Les tortues marines de Guyane. Jacques Fretey. Plume verte (2005)
Toutes les tortues du monde. Bernard Devaux, Franck Bonin, Alain Dupré. Delachaux et Niestlé (2006)
Plan National d’Actions en faveur des Tortues Marines. Mathieu Entraygues. ONCFS. (2014)

Organismes:
https://www.facebook.com/pg/GroupeTortuesMarinesFrance/about/?ref=page_internal
https://www.tortuesmarinesguyane.com/

Anaïs Gainette
26 Juillet 2017