Label bio : jamais sans étourdissement préalable

En février dernier, la Cour de Justice de l’Union Européenne (CJUE) stipulait, par un arrêt, que le logo de production biologique européen ne pouvait être apposé sur les viandes issues de l’abattage rituel sans étourdissement préalable puisque cette pratique ne respecte pas les normes les plus élevées de bien-être animal.

Suivant cette décision, Ecocert – organisme de contrôle et de certification en France – a annoncé il y a quelques jours que les labellisations AB des viandes bio halal et casher ne pouvaient plus être accordées et cela, sans attendre le verdict du Tribunal Administratif de Versailles.

Le partenariat entre Ecocert et producteurs de viandes bio halal et casher n’est pourtant pas rompu mais les producteurs qui refuseront les nouvelles conditions d’abattage des animaux (étourdissement préalable pour les bovins et électronarcose pour les ovins et volailles) ne pourront plus bénéficier de ce label.

Rappelons que, selon la CJUE, « des études scientifiques ont établi que l’étourdissement constitue la technique qui porte le moins atteinte au bien-être animal au moment de l’abattage » et que « l’étourdissement est nécessaire pour provoquer chez l’animal un état d’inconscience et de perte de sensibilité de nature à réduire considérablement ses souffrances ».

Il est à noter que dans certains pays comme l’Arabie Saoudite ou encore la Malaisie, l’étourdissement préalable de l’animal avant abattage est accepté.

Jolie victoire pour les associations de protection des animaux et surtout pour l’OABA qui avait porté cette affaire devant les tribunaux, même si le combat ne s’arrête pas là.

 

Le 26 juin 2019