Le Brésil et le Botswana envisagent de légaliser la chasse aux animaux sauvages

La biodiversité est en danger, une sixième extinction de masse d’espèces animales est en cours et pourtant, certains pays s’orientent vers des décisions des plus déconcertantes.

C’est d’abord le Botswana qui envisage de réintroduire la chasse aux animaux sauvages alors que celle-ci était interdite depuis 2014. 
Car ce pays abrite la plus grande population africaine d’éléphants, soit environ 135 000 animaux. Jusqu’à présent, la richesse et la variété de sa faune en faisaient une destination très appréciée des touristes amateurs de safari et constituaient l’axe majeur d’une activité économique florissante.
Si cette décision est entérinée, elle aura comme effets non seulement des dégâts sur la faune mais également pour tout un pan de la population qui tire ses revenus de l’économie touristique.

En Amérique du Sud, le Brésil, qui avait officiellement interdit la chasse aux animaux sauvages depuis 1967, se prépare à la légaliser.
Il sera donc possible, si le projet de loi n°6.268/16 soumis au parlement brésilien est voté, de tuer des animaux sur tout le territoire, y compris dans les réserves naturelles. Comble de cette nouvelle loi : elle autoriserait les zones de chasse privées à des fins sportives et commerciales ainsi que l’élevage et la vente d’animaux sauvages !
Ainsi faits, la chasse de loisir et le commerce d’animaux sauvages auraient une incidence sans précédent sur la biodiversité et l’équilibre des écosystèmes.

Signez la pétition en faveur des animaux sauvages du Brésil en cliquant ici.

 

Le 30 avril 2019