Le Roman de Renart

Source : www.larousse.fr

Le « Roman de Renart » est une suite de poèmes allégoriques et satiriques, pour la plupart anonymes, écrits entre 1170 et 1250, inspirés d’Esope.
Les récits animaliers et disparates appelés également branches – au nombre de 27 – qui le composent sont une critique de la société féodale du XIIe siècle. Ils sont écrits en octosyllabes, en vieux français.

Le thème central du « Roman de Renart » est la rivalité entre les deux héros : le renard « Goupil » ou « Renart » et « Ysengrin » le loup, personnifiant pour, l’un la ruse et la perfidie, pour l’autre, la force brutale parfois niaise.

Autour de Goupil et Ysengrin, évoluent de nombreux animaux. Pour en citer quelques-uns : le lion « Noble », la lionne « Fière », l’ours « Brun », le sanglier « Beaucent », le taureau « Bruyant », le mouton « Belin », l’écureuil « Jacquet », le mâtin « Roonel », le hérisson « Espineux », le coq « Chanteclair », le chat « Tibert », le milan « Hubert », la louve « Hersent », la renarde « Hermeline », l’oiseau « Drouineau », le cerf « Brichemer », l’âne « Bernart », le blaireau « Grimbert », le corbeau « Tiercelin », etc.

 

Symbolisme et interprétation

Le « Roman de Renart » est une parodie des chansons de geste et des romans courtois de la société chevaleresque des XIIe et XIIIe siècles. Les institutions, les mœurs et les lois y sont amplement critiquées, la hiérarchie des castes, qui oblige chacun à se battre pour survivre, également.

Mais cette aussi une charge anticléricale, et de nombreux tabous sont transgressés. Car Renart, malicieux ou malhonnête, ne respecte rien : pas même ses amis ou ses ennemis, pas plus les forts que les faibles, et encore moins le roi ou Dieu.

Les animaux deviennent étrangement humains, portant nos défauts à l’extrême.

 

 

Valérie Besio, le 22 novembre 2019

 

Source :

https://www.larousse.fr/encyclopedie/oeuvre/Roman_de_Renart/140658
http://classes.bnf.fr/renart/arret/02_1.htm
https://fr.wikisource.org/wiki/Le_Roman_de_Renart/Texte_entier