Les éléphants modifient leurs comportements face aux braconniers

Depuis un siècle, la population d’éléphants d’Afrique (Loxodonta africana) a chuté d’environ 4 millions d’individus à entre 470 000 et 690 000 selon le WWF. À l’heure actuelle, le braconnage décime environ 30 000 éléphants par an pour le trafic d’ivoire avec pour destination principale la Chine et l’Asie du sud-est.

Face à cette menace grandissante, les éléphants ont adapté leur comportement pour survivre. Une étude, publiée en septembre 2017 dans la revue Ecological Indicators par des chercheurs néerlandais et britanniques en partenariat avec l’organisation « Save the Elephants », attire l’attention sur ce changement à la fois intriguant et alarmant. En effet, ces animaux,  d’ordinaire diurnes, privilégieraient dorénavant une activité nocturne pour se nourrir et se déplacer. Selon les auteurs de cet article scientifique, cette adaptation relèverait d’un apprentissage permettant d’éviter les braconniers dans les zones les plus dangereuses.

Morgan, un éléphant mâle adulte, est le premier à avoir été observé en 2016 à adopter ce comportement lors d’un périple reliant le sud-est du Kenya à la Somalie. Équipé d’un collier GPS, l’animal a pu être suivi de jour comme de nuit. Les chercheurs ont alors constaté que plus l’animal se rapprochait des zones de conflits de la Somalie plus son comportement évoluait : Morgan ne marchait plus que la nuit et, le jour, préférait les endroits à la végétation plus épaisse.

Les scientifiques se sont alors appuyés sur l’hypothèse que le braconnage représentait un risque diurne pour les éléphants. Afin d’étayer cette supposition et de comprendre ce changement de comportement, les chercheurs ont recueilli des données sur 28 femelles et 32 mâles équipés de colliers GPS entre 2002 et 2012 dans le nord du Kenya. Sachant que ces animaux adaptent leur vitesse de déplacement en réponse à un risque anthropique, les scientifiques ont établi un ratio de l’activité jour-nuit des éléphants. Ils ont alors constaté que les pachydermes se déplaçaient d’avantage la nuit lors des périodes plus intenses en braconnage. Cette attitude a également été d’avantage observée chez les femelles que chez les mâles. Généralement accompagnées d’éléphanteaux, ces dernières seraient plus prudentes.

Ian Douglas-Hamilton, co-auteur de l’article et fondateur de l’organisme « Save the Elephant », souligne le fait que cette étude montre la capacité des éléphants à adapter leur comportement pour leur sécurité. Ces adaptations peuvent toutefois être néfastes pour ces mammifères. Bien que les éléphants soient connus pour dormir peu, ils restent des animaux diurnes se reposant la nuit et s’adonnant à d’autres activités le jour, comme s’alimenter ou se déplacer. Les conséquences de cette pression du braconnage sur le comportement des pachydermes ne sont pas encore connues mais risquent d’influencer leurs stratégies d’alimentation, de reproduction, de survie etc. En effet, le risque de prédation par les lions et les hyènes pourrait être plus grand durant la nuit, notamment pour les juvéniles. Cela implique également un impact considérable sur la vie sociale des individus. « L’escalade du braconnage est devenue la plus grande menace immédiate à la survie des éléphants », précise Festus Ihwagi, chercheur à l’Université de Twente et membre de l’organisation de protection des éléphants. La menace que représentent les braconniers pourrait aussi influencer les mécanismes évolutifs de l’espèce, puisque de plus en plus d’éléphanteaux naissent dépourvus de défenses. Or, bien que cela contribue à la réduction du braconnage, ces cornes leur sont notamment utiles pour s’alimenter et leur absence pourrait engendrer de nouveaux problèmes, en surcroît de ceux initialement créés par le braconnage.

Les chercheurs ont alors suggéré d’utiliser le ratio d’activité des éléphants, calculé à partir des colliers GPS, comme un indicateur du niveau de braconnage qui permettrait d’intervenir en temps réel.

Gabrielle Montier

Le 21 septembre 2017

Sources :

Costantini M., (18/09/2017). En Afrique, les éléphants se mettent à voyager de nuit pour échapper aux braconniers. http://www.maxisciences.com/elephant/en-afrique-les-elephants-modifient-leur-comportement-pour-echapper-aux-braconniers_art39881.html

Ihwagi, F. W., Thouless, C., Wang, T., Skidmore, A. K., Omondi, P., & Douglas-Hamilton, I. (2018). Night-day speed ratio of elephants as indicator of poaching levels. Ecological Indicators, 84, 38-44.

Hasson N., (16/09/2017). Pourquoi ces éléphants se déplacent la nuit. https://www.meteomedia.com/nouvelles/articles/pourquoi-ces-elephants-se-deplacent-la-nuit-/86308/

Ihwagi F., (12/09/2017). Elephants are changing behaviour in fear of poachers. https://www.utwente.nl/en/news/%21/2017/9/232517/elephants-are-changing-behaviour-in-fear-of-poachers

Sciences et Avenirs avec AFP, (16/09/2017). Les éléphants d’Afrique deviennent nocturnes pour éviter les braconniers. https://www.sciencesetavenir.fr/animaux/biodiversite/les-elephants-d-afrique-deviennent-nocturnes-pour-eviter-les-braconniers_116395

WWF. Human-Elephant conflict.                          http://wwf.panda.org/what_we_do/endangered_species/elephants/human_elephant_conflict.cfm