Tirs de loups illégaux dans l’Isère : l’ASPAS, Ferus et One Voice obtiennent raison

© aspas-nature.org

Après l’affaire de la louve abattue illégalement dans la Drôme et celle des trois individus en Savoie, l’ASPAS, Ferus et One Voice ont de nouveau obtenu raison face aux préfets suite à la mise en place d’un arrêté le 19 août 2017 dans l’Isère autorisant l’abattage de trois loups par « tir de prélèvement renforcé ». Le Tribunal administratif de Grenoble a en effet annulé cet arrêté le 24 mai dernier, rendant ces tirs de loups illégaux.

Les trois associations de protection animales demanderont également réparation du préjudice écologique subi, d’autant plus que sur les trois loups rapidement abattus après la création de l’arrêté, deux d’entres eux étaient des louveteaux.

Le Tribunal administratif a ainsi réaffirmé que les battues et les tirs de prélèvement renforcés ne sont autorisés qu’en dernier recours lorsque toutes les protections nécessaires des troupeaux ont été en mises en place et uniquement si des dégâts persistent malgré cela.

L’ASPAS, Ferus et One Voice ont également renouvelé leur demande pour mettre fin aux tirs de loups ainsi qu’aux indemnisations attribuées aux éleveurs ne protégeant pas leurs cheptels. Les organismes de défense des animaux rappellent aussi que l’abattage des loups de ne permet pas de faire baisser le nombre d’attaques comme le constate l’expertise commandée au Muséum National d’Histoire Naturelle et à l’Office Nationale de la Chasse et de la Faune Sauvage.

 

Gabrielle Montier, le 30 mai 2018

 

Source : aspas-nature.org