Victoire juridique pour les loups de la Savoie !

Après leur victoire dans la Drôme, L’ASPAS, FERUS et One Voice ont de nouveau remporté une bataille juridique pour la protection du loup, cette fois-ci en Savoie.

En effet, face aux arguments des trois associations de protection animale, le Tribunal administratif de Grenoble a déclaré illégal l’arrêté du préfet de la Savoie du 10 septembre 2015 qui autorisait l’abattage de six loups par « tir de prélèvement renforcé » sur les massifs de Belledonne, Maurienne et Thabor.

Ces tirs étant injustifiés, l’ASPAS, FERUS et One Voice réclameront par la suite réparation pour le préjudice écologique subi.

Le juge administratif a rappelé que les battues aux loups sont autorisées lorsque toutes les mesures effectuées pour protéger les troupeaux s’avèrent insuffisantes. Les préfets peuvent ainsi autoriser divers moyens de protection ainsi qu’une gradation des tirs. Le loup étant une espèce protégée, les tirs létaux ne peuvent être utilisés qu’en dernier recours et dans le cas où les dommages dus aux prédateurs persistent malgré les moyens de protection et les tirs de défense.

En Savoie, l’exécution de ces loups a été non seulement illégale mais également inutile puisque les attaques des carnivores ont augmenté : 181 attaques et 848 victimes sur la période janvier-octobre 2015 contre 229 attaques et 1 300 victimes l’année suivante.

À la demande des ministres Ségolène Royal et Barbara Pompili, une expertise menée en mars 2017 par le Muséum National d’Histoire Naturelle et par l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage soutient cette tendance et prouve que l’abattage des loups n’est pas la solution pour protéger les troupeaux.

 L’ASPAS, FERUS et One Voice continuent ainsi leur combat pour supprimer les tirs de loups et souhaitent la fin des indemnisations pour les propriétaires dont les animaux ne sont pas protégés.

L’évolution des pratiques d’élevage et du système de subventions français est donc primordiale pour permettre un équilibre entre la faune sauvage et le pastoralisme.

 

Le 18 octobre 2017