Wayne Lotter, le grand défenseur des éléphants en Tanzanie a été assassiné

Figure incontournable de la protection animale, il a consacré sa vie à la protection de la faune africaine.
Wayne Lotter 51 ans, né à Johannesburg était un grand défenseur des éléphants d’Afrique. Il a tout d’abord débuté comme garde (ranger) au Parc National Kruger en Afrique du Sud puis est devenu vice-président de la fédération internationale des Rangers.
C’est en 2009 qu’il co-fonde la PAMS (Protrected Area Management Solutions) spécialisée dans la lutte contre le braconnage en Tanzanie.
Ce territoire compte la plus importante population d’éléphants d’Afrique, c’est donc un terrain propice au trafic d’ivoire.
C’est par un savant mélange de renseignements, de travail avec les communautés et de gestion des aires protégés que Wayne Lotter et ses équipes avaient mis au point une méthode redoutablement efficace pour démanteler ces réseaux.
L’enjeu ? Mettre un terme à la disparition croissante des éléphants. Ce travail acharné avait permis de réduire de moitié le trafic d’éléphants faisant de Wayne Lotter un véritable héros dans cette lutte contre le braconnage.
Malgré de nombreuses menaces de mort, il continuait envers et contre tout à se battre pour protéger les pachydermes africains.
C’est dans la nuit du 16 au 17 août dans le quartier de Masaki, Dar Es Salam en Tanzanie, que l’homme de 51 ans fut assassiné.
Alors qu’il est à bord de son taxi le conduisant de l’aéroport à son hôtel, ce dernier est arrêté  par un autre véhicule.
Un homme sort, ouvre la portière et l’abat. La police tanzanienne a lancé une enquête sur sa mort mais n’a pas encore officiellement établi le lien entre les causes de son meurtre et son engagement absolu envers les éléphants.

Le milieu de la protection animale pleure l’un des ses plus grands héros,

Nicolas Hulot et Jane Goodall s’expriment et lui rendent hommage :

 

  

 

 Jane Goodall :
« Wayne était un héros pour moi, un héros pour beaucoup, quelqu’un qui a consacré sa vie à la protection de la faune d’Afrique » écrit la célèbre primatologue.